« Vous prenez soin d’un proche,
nous sommes passés par là. »
Appelez le 01 8 472 9 472
Accueil / Le contexte du projet

Le contexte du projet

Toutes les études portées sur les aidants montrent des résultats similaires :
• Manque d’information sur leur statut
• Manque de connaissance des ressources (ex : 46% des aidants ne se sentent pas informés )
• Manque de formation
• Impact important sur leur santé : fatigue, stress, problème de sommeil, burn-out pouvant aller jusqu’au décès de l’aidant avant son proche

Plus les dispositifs d’aides tardent à être connus et mis en place, plus l’aidant est stressé, épuisé, envahi par un sentiment de culpabilité. Il va attendre d’être dans une situation extrême pour mettre en place un changement ou va subir ce changement de façon rapide et brutale (placement d’urgence, hospitalisation…).

Des ressources pour faciliter le quotidien des aidants existent mais elles ont de la difficulté à les rejoindre. Les aidants ont de leur côté des freins pour la mise en place d’aides:
• L’oubli de soi, la focalisation sur les besoins de l’aidé
• La non conscience de son rôle d’aidant et des risques que cela implique
• La méconnaissance des aides existantes
• Les apports positifs du rôle d’aidant: relation privilégiée avec l’aidé, rôle dans la famille / dans la société, sentiment d’utilité…

Les interlocuteurs privilégiés pour l’aidants sont:
• Les professionnels de la santé, rencontrés sur le parcours de santé de son proche
• Les groupes de protection social auxquels lui ou son proche adhère (caisse de retraite, mutuelle, prévoyance,…)
• L’entreprise pour laquelle il travaille (aujourd’hui 53% des aidants travaillent)

Peu importe la difficulté de son proche (maladie, handicap ou perte d’autonomie), l’aidant va être rapidement en contact avec les professionnels du secteur sanitaire ou social qui prennent en charge son proche.
L’aidant est généralement responsable des tâches assignées aux soins de son proche comme aller chercher les médicaments, l’amener aux rendez-vous, gérer les visites au domicile, lui rendre visite s’il y a des hospitalisations, devenir sa “personne de confiance”, etc.

Les professionnels du secteur sanitaire et social (médecin traitant, médecin spécialiste, pharmacien, infirmier, assistante sociale, kinésithérapeute, professionnels d’accompagnement du soin au domicile, dentiste, orthophoniste…) ont ce contact privilégié avec les aidants tout au long du parcours de soin de l’aidé.

Cependant aujourd’hui, leur intervention est tournée essentiellement sur la santé du proche aidé.

Ils pourraient facilement participer à prévenir des situations à risques pour le bien de leur patient et de son proche aidant mais ce n’est généralement pas le cas aujourd’hui.

Plusieurs hypothèses pourraient expliquer pourquoi, la plupart du temps, les professionnels n’accompagnent pas les aidants :
• Ils n’ont pas conscience des difficultés des aidants
• Ils manquent de temps pour apporter une prise en charge spécifique à l’aidant
• Ils n’intègrent pas l’aidant dans la prise en charge du patient
• Ils manquent de connaissance des structures d’accompagnement des aidants
• Ils manquent d’outils pour les orienter

Voici donc les constats qui nous ont poussé à réaliser le projet Prévention Proches Aidants.

DÉCOUVRIR :
– Le projet Prévention Proches Aidants -Description 
– L’appel à candidature du Conseil Scientifique
– L’appel d’offre pour l’équipe de recherche 
– L’association Avec nos Proches
– Notre ligne d’écoute et d’information