Appelez-nous,
nous sommes passés par là.

 

01 84 72 94 72
Accueil / Actualité / PREMIERE AVANCÉE DANS LA RECONNAISSANCE DES PROCHES AIDANTS

PREMIERE AVANCÉE DANS LA RECONNAISSANCE DES PROCHES AIDANTS

Vingt-quatre heures après l’adoption à l’unanimité du projet de loi favorisant la reconnaissance des proches aidants, Nathalie Avy-Elimas, députée du Val d’Oise et rapporteure de la proposition, s’est confiée à Avec nos proches.

Elle précise que c’est une première grande victoire« dans l’immense chantier que nous devons mener envers les aidants, eux qui accomplissent quotidiennement un travail formidable pour assurer le « bien vieillir » ou le « bien vivre » de leurs proches en situation de handicap ou de dépendance. »

Elle revient sur les propositions concrètes de cette loi qui vont « faciliter la conciliation entre la vie personnelle et la vie professionnelle des aidants» :  la possibilité de se faire relayer afin de bénéficier du droit au répit ; l’allocation de fonds spécifiques aux départements pour les actions à l’égard des aidants ; l’inscription du rôle de l’aidant dans le nouveau dossier médical partagé.

Enfin, elle nous explique qu’il faut continuer le combat en se focalisant sur les milliers d’enfants et d’adolescents aidants : « Ces jeunes, confrontés à la maladie d’un parent ou au handicap d’un frère ou d’une sœur, sont souvent peu suivis sur le plan médical et courent le risque de développer d’importantes carences, préjudiciables à leur santé et à leur bon développement de croissance. En outre, les enfants aidants sont aussi plus sujets au décrochage scolaire, à la déscolarisation ou encore à la désinsertion sociale. Enfin, les enfants aidants ressentent très souvent une souffrance et un épuisement, difficilement communicables, ainsi qu’un sentiment d’isolement. Je travaille étroitement avec le ministère de l’Éducation nationale et le ministère des solidarités et de la santé, pour mieux former et sensibiliser la communauté éducative à la question des enfants aidants, améliorer leur repérage, anticiper les risques spécifiques liés à cette situation d’aidance et mettre en place des dispositifs de soutien spécifiques. »