Appelez-nous,
nous sommes passés par là.
01 84 72 94 72

Accueil / Blog / Les aidants, qui sont-ils ?

Les aidants, qui sont-ils ?

mains tendus

Le terme « aidant » ou « proche aidant » est de plus en plus utilisé, pourtant encore 53% des aidants n’ont pas conscience de l’être et seulement 48% des Français ont entendu parler du sujet des aidants en 2020. Alors, qui sont les aidants et comment vivent-ils leur rôle au quotidien ?

Définition de l’aidant

Selon la définition de la Confédération des organisations familiales de l’Union européenne (COFACE) qui « rassemble des organisations familiales nationales à caractère général ou organisé autour d’un thème familial spécifique, un aidant est : « La personne qui vient en aide à titre non professionnel, pour partie ou totalement, à une personne dépendante de son entourage, pour les activités quotidiennes. Cette aide régulière peut être prodiguée de façon permanente ou non. Cette aide peut prendre plusieurs formes ».

Un aidant est donc une personne qui accompagne un proche fragilisé, à cause d’une maladie, d’un handicap ou du grand âge. Cet accompagnement peut prendre différentes formes :

  • soutien moral (présence, écoute) ;
  • tâches ménagères ;
  • tâches administratives ;
  • coordination des aides à domicile ;
  • suivi des soins ;
  • etc.

Certains aidants assurent aussi une assistance pour les actes élémentaires : se laver, s’habiller, se nourrir, aller aux toilettes. D’autres aidants accompagnent un proche qui vit en institution. Ils assurent une présence régulière, gèrent les relations avec l’établissement et participent aux prises de décision concernant leur proche.

Les aidants peuvent avoir tous les âges ; 17 ans parce qu’on accompagne sa mère atteinte d’un cancer, 35 parce qu’on est parent d’un enfant handicapé et 60 ans parce qu’on s’occupe de son parent vieillissant.

Les aidants, chiffres clés :

Aujourd’hui, on estime que près de 11 millions de Français, soit 1 Français sur 5, sont aidants d’un proche fragilisé par la maladie, le handicap ou l’âge. Et ce chiffre ne va pas cesser d’augmenter dans les années à venir. Sur 11 millions de proches aidants français, 500 000 seraient âgés de moins de 25 ans.

Chiffres clés 2020 du baromètre des aidants – Fondation APRIL Institut BVA

Sur 11 millions d’aidants, 90% soutiennent un membre de leur famille dont :

  • 52% s’occupent d’un parent ;
  • 19% s’occupent d’un autre membre de la famille ;
  • 12% s’occupent d’un grand-parent ;
  • 12% s’occupent d’un conjoint.
  • 48% des aidants s’occupent d’un proche en situation de maladie grave, chronique ou invalidante.
  • 46% des aidants s’occupent d’un proche en situation de dépendance due à la vieillesse.
  • 1 aidant sur 6 consacre plus de 20 heures à aider un proche.
  • 66% apportent un soutien moral ;
  • 66 % apportent de l’aide pour les activités domestiques ;
  • 53% apportent une surveillance en téléphonant ou en venant rendre visite.

Le profil des aidants :

  • 58% des aidants sont des femmes ;
  • 62% sont en activités ;
  • 80% ont moins de 65 ans.

Être aidant au quotidien

Au-delà du concret de ces chiffres, le rôle d’aidant renvoie à des réalités moins palpables, mais tout aussi importantes. Par exemple :

  • L’impression d’être tellement dans l’action que vous n’avez plus d’espace pour souffler, pour prendre du recul.
  • Des émotions qui vous submergent : peur, tristesse, colère, impuissance, etc.
  • Un équilibre difficile entre « prendre soin de l’autre » et « prendre soin de soi ».
  • Une conciliation difficile entre vos différentes vies : famille, travail, loisirs.
  • La culpabilité, parfois : le sentiment de ne pas être à la hauteur, de faillir à votre devoir, de n’être pas suffisamment patient ou solide.
  • Le sentiment, pour certains, de se sentir seul dans ce que vous vivez, incompris par l’entourage.
  • Des soucis de communication avec votre proche aidé, votre entourage, les soignants.
  • La difficulté de confier votre proche à d’autres personnes : parce que vous peinez à trouver une personne de confiance, parce que votre proche refuse, ou parce que vous-même le vivez comme une forme de démission.
  • Des questions existentielles sur l’amour, le bien et le mal, la vulnérabilité, la mort, etc.

Si certains de ces sujets font écho en vous, n’hésitez pas à contacter notre ligne d’écoute  pour échanger avec quelqu’un qui est passé par-là.